Latest Entries »

Toute l’actualité de la compagnie et les dates à venir :

Le Carnet de Route du Dandy Manchot 

suivez le lien… à bientôt !

Publicités

Cette page internet, n’est plus aujourd’hui que la somme des articles anciens publiés par le Dandy Manchot depuis mars 2009 jusqu’à décembre 2011.

Pour voir la suite ainsi que tous les autres documents : www.dandymanchot.fr

à bientôt !

Bousculer vous, faites péter les stats, les « J’aime », les Plus ! Partagez ! Twittez et donnez nous votre avis… Allez-y ! Par delà les grandes plaines internautiques, vous découvrirez tout l’univers du Dandy Manchot et des ses acolytes !

Une seule adresse à retenir : dandymanchot.fr

    

Une nouvelle expérience NCNC à Ganges pour créer cette fois-ci un court métrage car nous disposons de moins de temps, d’une équipe réduite mais nous y sommes, prêts et motivés. Un nouveau défi : réaliser l’écriture et le tournage de ce court-métrage en une semaine seulement… C’était du 16 au 23 décembre 2011, intense, dans l’urgence mais très enrichissant ! Comme d’habitude mais avec moins de temps nous raconterons une fiction s’articulant autour de nos rencontres : groupes de rap, personnes âgées de la maison de retraite, les clients du Bar du Siècle, les voisins… pour créer le premier vidéo-clip NCNC.

Quelques photogrammes se sont échappés du film et vous sont livrés ici en toute confidentialité… Rien de plus ne sera dévoilé…

Rendez-vous au cinéma L’Arc-En-Ciel de Ganges (34)
le 08 janvier à 15h00 – entrée gratuite
pour la projection en direct de ce vidéo-clip, bande sonore, musiciens et images à l’appui !

Renseignement auprès de l’association Eurek’Art

Le Collectif Na Capa Tanta se remet en route pour la création d’un nouveau film NcNc à Blagnac !

Cette fois-ci, nous sommes missioné par l’Usine de Tournefeuille, (lieu conventionné aux arts de la rue), pour travailler au coeur du quartier des Barradels en collaboration avec le service culturel de la Mairie de Blagnac. Il s’agit ici d’un quartier en « construction-démolition » où les barres HLM vont être progressivement réhabilitées.

Quelle fiction allons-nous pouvoir raconter ici ? Comme à chaque fois, un grand vide mais aussi une grande excitation car les premières rencontres sont prometteuses et le lieu nous inspire…

Quelques photos pour vous donner le goût de ce quartier, en attendant la suite de notre intervention qui aura lieu en février 2012.

Projection du film NcNc le 31 Mars 2012, on vous le redira…


C’était le Onze-Onze-Onze à Onze heure Onze…

Que dire… Les mots me manquent…

Rare Instant Magique !

Allez donc faire un tour sur ces deux liens. Des promeneurs du Onze onze qui nous livrent leur témoignage :

La galerie photo de Philippe Cadu, Photographe toulousain

Le récit de Steeve, randonneur passionné

Très bientôt, un bilan complet, pour l’instant, on en rêve encore…

Laissons nous ce temps là…

Une balade, une comptine, un rythme, un souffle…

Le Onze-Onze-Onze à Onze-Heure-Onze partons ensemble à la rencontre d’une nouvelle aire, dans l’Aude au coeur des Corbières !

Toutes les informations de cette journée sur : le Site du Dandy Manchot

Au programme :

une journée de marche au coeur des Corbières le long d’un parcours artistique et naturel.

Rendez-vous le 11 novembre 2011 à Lagrasse (11)

le point précis du lieu de rendez-vous vous sera communiqué lors de votre inscription.

Vous serez pris en charge par toute l’équipe artistique et technique du Dandy Manchot :

Spectacles, promenades, performances, créations naturelles,

respiration/transpiration, repas, convivialité, force et solidarité…

La deuxième expérience de l’équipe du Dandy Manchot à la montagne. Théâtre invisible et mémoire des pierres…

L’an dernier (voir l’article correspondant), nous avions « piégé théâtralement » un groupe de randonneurs avec la complicité d’un accompagnateur en montagne. Cette année, les règles du jeu changent, nos passeurs et nouveaux complices deviennent les gardiens du refuge des Estagnous, au pied du Mont Vallier, le sommet emblématique des Pyrénées Ariégeoise.

Le refuge des Estagnous est chargé d’Histoire depuis sa création en 1912. Histoires de frontières, de guerres civiles ou militaires toujours aussi meurtrières, histoires de passeurs, libertaires, résistants, contrebandiers, dissidents… Histoires de bergers, de troupeaux, du Patous des Pyrénées, de pattes d’Ours répertoriées, d’une croix arrachée, de curieux signes cabalistiques sur le sentier, d’un chien fou « border line », du border-colley de Stephane, d’une petite fille amoureuse d’Arca, la reine des Pyrénées !

Cette petite fille pleine de vie et de rêves, c’est Romane, la fille de Macha & Laurent, un des gardiens du refuge. Avec sa maman, elles viennent soutenir les gardiens dans leur rude tâche d’accueillir jusqu’à 70 personnes en une soirée, de les faire manger un vrai repas, de les faire dormir comme des rois avant de partir à la conquête du Mont Vallier ou de faire une autre traversée

C’est dans cette environnement là que nous évoluons avec Olivier, pendant trois jours. Et oui, c’est la même équipe que l’an dernier ! Olivier Maxch, Tistou accompagnateur-conteur et passeur des cimes et moi-même avec mon personnage d’Antoine Gaillot, l’endimanché du Dandy Manchot. Mais attention, l’ascension jusqu’au refuge n’est pas gagnée, 1200 mètres de dénivelé, départ au fond d’une vallée encaissée, 4 heures de marche sur la roche granitique. Au début cela paraît typique, c’est intéressant, par la suite ces rochers deviennent un vrai calvaire, monter les marches avec 25 kg. sur le dos, c’est épuisant. Heureusement, Christophe, un autre ami accompagnateur, nous a bien aidé en participant au portage du matériel.

Nous arrivons un peu rincés là-haut (surtout moi, faut bien le reconnaître), et déjà nous plongeons dans cette ambiance si particulière. On commence à partager un fabuleux repas, soupe de légumes, boudin aux pommes, fromage et gâteau au chocolat, royal ! Puis on observe, on s’observe, on apprend à se connaître. On découvre des univers, des histoires, des contraintes, des limites et on prépare avec enthousiasme une journée d’intervention artistique dans cette espace, en vivant avec tous ces gens, gardiens, accompagnateurs, bergers, touristes, montagnards, passionnés…

L’histoire que nous écrivons s’inspire de tout cela et nous allons la raconter sur une journée avec l’aide précieuse de Romane.

Elle commence par de petits symboles posés sur le chemin, puis les randonneurs croisent un drôle de personnage (c’est Antoine Gaillot), habillé à l’ancienne muni d’une valise, il grimpe la montagne en quête d’inspiration pour l’écriture d’un roman auto-biographique qui raconte le parcours d’un ancêtre gueule-cassée, qui serait venu se faire soigner dans les Thermes d’en bas.

Dans le même temps, Toinou le conteur (Olivier) arrive au refuge et prépare ses histoires à raconter après le repas. Les randonneurs affluent, c’est l’heure du repas, tout le monde s’installe à table mais il en manque un. C’est évidement Antoine, qui fera une entrée bien remarqué, en retard et légèrement maniéré… S’en suit une longue discussion avec une partie des randonneurs sur ce qui pousse ce drôle de personnage à venir jusqu’ici dans cette accoutrement. On évoque les souvenirs invisibles, ceux des Hommes, des Pierres, des Sentes. Et puis c’est l’heure de « l’animation », ce soir c’est « Toinou des Hauteurs » qui nous régale. Très vite les deux histoires de ces deux personnages se percutent et s’assemblent pour n’en former qu’une. Les gens sont invités à sortir (la pluie venait tout juste de cesser) et là, nous dévoilons au pied du rocher du souvenir, une histoire d’amour de nos deux arrières grands-parents, sur le chemin de la Liberté. C’est Romane qui offre la conclusion de l’histoire en lisant une lettre vieille de cent ans. La transmission s’opère, la musique, la poésie et la beauté de la montagne sont au rendez-vous. Nous n’avons fait que révéler quelques souvenirs…

Pour finir, c’est autour du Génépi fait maison que nous partageons quelques mots, quelques histoires, il y a de l’émotion, de la simplicité, une vraie rencontre… Nous aurions préféré développer un peu plus, faire un peu plus long, mais c’est vrai que nous n’avons pas été aidé par une météo capricieuse et imprévisible. À 2000 mètres d’altitude, les nuages font vraiment comme ils veulent. Nous nous sommes plié à ce que la montagne ordonnait…

Ce sera quand même un excellent souvenir pour tout le monde et pour nous, une vraie découverte, celle de la vie de gardien de refuge. Ces gens là on vraiment du mérite. Le plaisir d’accueillir tous les jours de la saison des gens de tout rang, tous différents, la gestion des stocks, de l’énergie, etc… Comme un hôtel mais au bout du monde. Bravo pour tout cela.

Bientôt, tout le monde va descendre de ces rochers, la transhumance, la fermeture du refuge, l’ours va hiberner. La montagne va reprendre ses droits et tout recommencera l’an prochain. Avec le même plaisir et le même entrain. Romane aura grandie, Ivan l’aide gardien sera d’ici là gardien à son tour dans une autre belle vallée, il le mérite vraiment. Laurent, chef cuistot en or continuera à faire mijoter ses bons p’tits plats, aidé de Super Macha, toujours vaillante et Stephane sera là pour assurer l’accueil, nous raconter toutes ses anecdotes rigolottes et gérer tout un tas de choses qui nous échappent encore… Quelle équipe !

J’espère que nous reviendront vous retrouver là-haut, chez vous aux Estagnous pour partager encore et créer à la montagne, pour participer à un prochain Festi’Vallier…

Un grand merci à Macha, véritable transmetteur, trait d’union sans qui rien de tout cela n’aurait été possible, merci à toute l’équipe, à tous les randonneurs, merci au Mont Vallier…


Quelques liens pour aller un peu plus loin :

– le site du : Refuge des Estagnous & le Blog des Estagnous

– carte Géoportail

– Le Panoramique 360° autour du refuge

– Le blog de Tistou, Olivier Maxch

– Le site de Christophe Popelin, accompagnateur en montagne et son blog

 » L’histoire d’Antoine Gaillot, l’endimanché du Dandy Manchot, commence un Onze Novembre mais n’est pas prête de s’arréter !

Pour célébrer cette étrange coïncidence numérologique, il décide de revenir dans la région de ces ancêtres afin de remuer ses souvenirs invisibles, puisque lui, n’a jamais connu les Corbières…

Il convoquera sa mémoire et celle d’un terroir pour vous faire vivre de riches aventures. (…) « 

Le Dandy Manchot organise avec une quinzaine d’artistes une journée exceptionnelle pour une date exceptionnelle. Ce collectif vous propose un parcours artistique et naturel, durant la journée du 11 Novembre 2011 dans l’Aude (11). Munissez vous de bonnes chaussures, de quoi vous vêtir chaudement et confortablement et venez nous rejoindre dans un cadre magnifique, on s’occuppe du reste !

Le lieu exact de la représentation est pour l’instant tenu secret mais vous aurez très bientôt toutes les informations nécessaires pour venir vivre avec nous ce moment unique (bulletin d’inscription, itinéraire…)

à bientôt !

Les 8,9 & 10 juillet 2011, la cité ducale accueillait pour la 12è année déjà le Festival les Z\’accros d\’ma Rue. C’était par contre la première fois que le Dandy Manchot y était accueilli. Nous jouons dans un grand parc, au pied d’un Platane gigantesque et majestueux, la place est bruyante mais à part cet inconvénient, les conditions de jeu sont bonnes, l’accueil excellent et le public présent, attentif et ému en fin de spectacle.

Tout de suite, nous nous sommes sentis bien dans ce festival où les rencontres et les rapports humains y sont privilégiés. Il y avait les petits-déjeuners-discussions sous le chapiteau, les rencontres au catering, et surtout, c’était la première collaboration du Dandy Manchot et de Karine Valero, représentante de « Kavale, en terre humaine et artistique »qui s’occupe de l’accompagnement de projets artistiques, diffusion et communication. Merci à toi Karine pour cette belle expérience, utile et prométeuse… Nous y reviendrons dans un prochain article.

Ce fut également une excellente confrontation du spectacle Secteur Postal 212 dans un cadre professionnel. Un spectacle encore jeune, qui ne demande qu’à jouer pour se roder mais l’accueil du public et les retours que nous avons eus nous encouragent à continuer dans ce sens. Parmi les nombreuses rencontres faites et les retours de certains, j’ai particulièrement apprécié la discussion avec Marc Verhaverbeke. Voici un lien vers l’article qu’il a rédigé sur son blog : écrire ici aussi

Et pour finir avec un souvenir en images, quelques photos. Affaire à suivre…


%d blogueurs aiment cette page :